Publié le 29 mars 2011
Tout a commencé…enfin, tout, non, pas vraiment, les racines du mal sont beaucoup plus lointaines, et profondes, mais nous allons emprunter quelques raccourcis pour arriver à notre sujet.

Je disais donc, tout commence en Grèce en octobre 2009. L’Europe, loin d’avoir été épargnée par la criiiise financière qui secoue l’économie mondiale, et malgré tout la Couétude dont fait preuve notre ministre Lagourde, s’apprête à connaitre une phase encore plus critique du tsunami financier que le krach des subprimes a engendré. Les dettes privées (des banques, mais pas seulement) se sont transformées en dettes souveraines. En clair, c’est le fameux adage capitaliste impliquant une privatisation des profits, et une nationalisation des dettes ! Pile je gagne, face tu perds.

Les États européens ont allègrement renfloué leurs pauvres banques, fort marries de leurs mésaventures sur lémarchés et des pertes colossales qu’elles s’échinent à cacher dans les tréfonds de leurs bilans. Ce faisant, ils ont pris à leur compte – notre compte ! – ces montants vertigineux. Lémarchés, jamais contents, toujours anxieux, sauf lorsqu’ils s’envolent dans cet état euphorique précédant leur chute inévitable (c’est la gravité, dude !), ne voient pourtant pas d’un très bon œil ce renflouage spectaculaire. Les banques sont sauves, good, bien, bravo ! Mais les États, du coup, ne seraient-ils pas trop endettés ? Que ce soit en venant au secours des banques, nos pythies des temps modernes n’en ont cure : la dette pèse désormais sur les Etats (sur nous, donc, je répète) et il va falloir payer ! C’est le principe même d’une dette : on te prête, tu rembourses. C’est presque aussi vieux que l’histoire de l’humanité cette affaire.

Or donc, nos marchés omniscients et leurs prophètes, répondant aux doux noms de Moody’s, Standard & Poor’s (non non, rien à voir avec les pauvres) et Fitch Ratings, s’inquiètent de la situation des PIIGS en général et de la Grèce en particulier. Ils décident donc de dégrader la note de la Grèce. Comme le mauvais élève qu’elle est.

Ben oui, souviens-toi, ami lecteur, quand tu étais à l’école : si tu ne travaillais pas bien, tu avais de mauvaises notes. Et le prof avait tendance à te regarder un peu de travers…genre mauvais élément quoi ! Voire cancre ! C’est exactement pareil avec les agences de notation : si elles te donnent une mauvaise note, tout le monde te regarde de travers. Et comme le « tout le monde » dont il s’agit, ce sont les organismes prêteurs, ils vont te faire payer plus cher, beaucoup plus cher, quand tu auras besoin d’argent.

Parenthèse : ah oui, au fait, pourquoi as-tu besoin d’argent ? Ou plutôt, pourquoi dois-tu emprunter de l’argent plutôt que de l’imprimer toi-même, comme les États-Unis le font si bien depuis 2 ans ? Élémentaire mon cher Watson ! Ton pays appartient à l’Europe et de ce fait a renoncé à son privilège de battre la monnaie, comme on dit. Désormais, tu as le droit d’emprunter sur lémarchés (à leurs conditions), mais surtout pas à la Banque Centrale Européenne, qui en créé, elle, de la monnaie ! C’est ballot, mais c’est interdit par les Traités, nos nouveaux Testaments économiques rien qu’à nous ! Passons.

Arg, ce devait être une courte introduction et je n’ai même pas encore abordé le sujet dont doit traiter ce billet. Décidément, je procrastine.

Vous connaissez le reste de l’histoire (et sinon, allez voir tous les articles que j’ai collectionné sur le sujet) : panique en Europe ! Contagion à l’Irlande, à l’Espagne, au Portugal…mais pas à l’Islande ! Cherchez l’erreur. Bref, une belle mouise qui risque de mettre en péril notre splendide édifice européen.

Après de nombreuses volte-faces et tergiversations, nos institutions prennent enfin conscience de l’ampleur du désastre et pondent un machin qui s’appelle « Fonds de Stabilité Européen », malgré la réticence évidente de la chancelière allemande.

En effet, il y a des élections en Allemagne, et notre brave Angela est en fâcheuse posture. Elle ne voudrait pas que ses électeurs croient qu’elle encourage ces flemmards de grecs (et espagnols, et portugais) à continuer à dilapider la richesse que la nation allemande-qui-a-tant-souffert-pour-sa-réunification leur a gentiment prêté en leur permettant d’adhérer à l’Union Européenne et en se sucrant au passage : les banques allemandes étaient les plus exposées, en Grèce. (Tiens, dans un registre tout à fait actuel, cette posture allemande me rappelle les discours sur ces salauds d’immigrés qui viennent nous ôter le pain de la bouche, nous piquer nos jobs et vivre de la générosité de la sécu à la Française – bande de feignasse, va !)

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur (c’est une façon de parler, hein), elle donne son aval à la mise en place de ce fonds au montant variable (j’en suis restée à 750 Milliards d’Euros) destiné à aider les pays en difficulté à se financer. A des taux un peu moins indécents que ceux exigés par lémarchés. Mais à des taux bien supérieurs à ceux auxquels la Banque Centrale Européenne prête aux dits marchés.

Cet accès de générosité bien inspiré (charité bien ordonnée… vous connaissez le proverbe !) ne doit cependant pas créer de précédent : alors pour le mériter, il faut en chier (pardonnez moi la vulgarité). Plan d’austérité sur plan d’austérité ! La Grèce, l’Espagne, l’Irlande, l’Angleterre, le Portugal, et de manière plus déguisée, la France, tous doivent passer sous les Fourches Caudines des exigences démarchés et du FMI. Plan d’austérité, en clair, ça veut dire privatisations, restrictions budgétaires des Etats dépensiers (je rappelle qu’ils sont « dépensiers » parce qu’ils ont renfloué les banques, non parce qu’ils sont mal gérés…enfin, pas seulement mais c’est un autre débat), c’est-à-dire coupes sombres dans les dépenses publiques et démantèlement systématique de tout ce qu’un État pourrait avoir de « social ».

Voilà mon entrée en matière, pour la suite et la fin, je vous servirai ça tout à l’heure, à 13h30…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s